(placeholder)

Divorce (2004)

for to fortællere, børnekor, klaver og percussion

2 narrators, childrens choir, piano & percussion


DIVORCE  


(L'homme et la femme entrent en se tenant par le bras, habillés comme des mariés "en négatif": elle en robe de mariée noire, lui en habit blanc, chemise noire, noeud papillon blanc. Tous deux ont le visage maquillé de blanc et portent des lunettes noires. Les lèvres de la femme sont d'un rouge violent, celle de l'homme noires. Le chœur d'enfants est placé derrière eux, vêtu de costumes marins.)


La femme : Je suis dans une forêt

                    C'est toujours la même forêt

                    Les arbres, beaucoup trop grands

                    Moi, beaucoup trop petite

                    Je cherche la sortie

                    Pas de sortie

                    Et puis quelque chose tombe sur mon visage


L'homme :  Quelque chose?


La femme: Je n'ose pas regarder


Le chœur : Ne regarde pas!

                    Ne regarde pas!


Read more...


The piece was commisioned by Radio France for the festival Précences 2005.

Text by Julie Cordier

First performance: 8 February 2005


Score

Performance material:

Edition S

The music litterature is full of works celebrating the wedding: the love and the uniting of man and woman - 'until death does thou part'. However, in modern life it is a reality that a growing number of marriages end in a divorce. In fact, it has even been seriously suggested in my country that the church should be able to present a ceremony for divorce - parallel to the wedding rite.


My piece is not exactly meant as such a liturgy. But it presents the divorce as a ceremony between two people who no longer remember the passion and devotion that once brought them together. And between them stand the children - what role is there for them to play?


L'histoire de la musique abonde en œuvres célébrant le mariage, l'amour et l'union de l'homme et de la femme - "jusqu'à ce que la mort les sépare". Dans le monde moderne, cependant, il est évident qu'un nombre croissant de mariages finit en divorce. Dans mons pays, on a même suggéré que l'église établisse un rite de divorce comparable à celui du mariage.


Mon œuvre n'est pas vraiment conçue comme une liturgie. Toutefois, elle donne au divorce l'aspect d'une cérémonie à laquelle prennent part deux êtres qui ont oublié la dévotion qui un jour les ont unis. Entre les deux protagonistes, se tiennent les enfants. Quel rôle sera le leur?

John Frandsen

La maîtrise de Radio-France, qui a l’exclusivité de la seconde partie du concert, nous prouve, une fois de plus, ses fantastiques progrès sous la houlette de Toni Ramon. Divorce de John Frandsen, sur un texte de Julie Cordier, vise l’épure et la simplicité. Pari gagné, avec cette œuvre tout à tour inventive et surprenante qui reste toujours simple en apparence, avec son accompagnement ténu de piano (préparé) et de percussions.

Maxime Kaprielian, www.resmusica.com

Maîtrise de Radio France

Julie Cordier & Florian Guichard, recit.

Toni Ramon, dirigent